AccueilBase documentaireDoha : au 4ème jour de la conférence

Doha : au 4ème jour de la conférence

  • Publié le 27 novembre 2012
SLC
  • Changement climatique
  • Gaz à effet de serre
  • Climat
  • Science et technologie

Chronique de Doha, Jour 4

30 novembre 2012

Emmanuel Grenier (journaliste)

 

Après une cérémonie d’ouverture marquée par de nombreuses interventions rappelant l’urgence à agir,le vice-ministre du Qatar a été élu président de la conférence, sous les acclamations, afin de succéder à la ministre des affaires étrangères d’Afrique du sud, pays hôte de la dernière conférence.

Cette élection a été suivie par les déclarations liminaires des grands groupes de pays : G77 et Chine, groupe d’intégrité environnementale, groupe de l’Ombrelle, Union européenne, Arabie, Afrique...
Optimisme et crainte à la fois dans ces déclarations. La conférence de Doha présente en effet un défi unique : regarder le présent et l’avenir, en relevant le niveau d’ambition des objectifs de réduction d’ici à 2020 et en préparant le futur accord pour l’après-2020.

Depuis hier jeudi, l’ensemble des délégués des 194 pays représentés enchaînent les réunions, qui au fur et à mesure se multiplient, voire se chevauchent. Tous les travaux sont désormais ouverts dans les 7 groupes de travail.

Comme prévu, le sujet du financement domine l’ensemble des négociations. Concernant la seconde période d’engagement du Protocole de Kyoto, il devient de plus en plus évident que les règles de fonctionnement et les questions liées à sa durée, devront être tranchées la semaine prochaine par les ministres. Le nouveau groupe de travail, qui doit définir le futur accord d’ici 2015, a commencé ses travaux sous forme de table ronde : seule l’Union européenne a appelé à l’établissement d’un programme de travail dès 2013.

Un négociateur cité dans le Earth Negotiation Bulletin a estimé que, si l’optimisme prévalait à la réunion préparatoire de Séoul, il semble qu’on en soit revenu au « point mort ».

La Pologne a proposé d’accueillir la prochaine conférence des parties, ce qui a suscité la fureur des ONG, la Pologne étant un gros émetteur qui pourfend régulièrement la nécessité de diminuer les émissions.

 

voir aussi l'article précédent Ouverture de la Conférence Climat de Doha

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail