AccueilBase documentaireAprès Copenhague

Après Copenhague

  • Publié le 3 février 2010
Pierre.Delaporte
  • Changement climatique
  • GIEC

alt

Sauvons Le Climat 3 février 2010
Le sévère échec de COPENHAGUE signifie-t-il que les plus grands pollueurs de la planète ne veulent pas agir ? Pierre Delaporte nous livre ses réflexions sur ce que pourrait être l'après Copenhague.

Fin 2007 – début 2008, j'ai diffusé « APRES KYOTO » une courte note destinée essentiellement aux auditeurs du CHEEDD1 qui montrait qu'en matière de changement climatique, il serait vain d'essayer de rapprocher les points de vue américain et chinois (entre autres) dans la ligne esquissée par les accords de KYOTO. Ce texte a néanmoins, par le truchement de Claude MANDIL, intéressé les autorités bruxelloises, et le Président BARROSO a tenté de l'utiliser dans une pré-négociation avec le gouvernement chinois. Cette initiative généreuse et courageuse s'est évidemment heurtée à un rejet courtois mais très ferme de la part des Chinois. Bien entendu, il en aurait été de même avec les USA comme le sévère échec de COPENHAGUE a contribué à le démontrer. Est-ce dire que les plus grands pollueurs de la planète ne veulent pas agir ?

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail