Fessenheim : un arrêt injustifié en 2016

 

Article du Bien Public du 28 avril 2013

 

De Pierre Bacher, de Brazey-en-Plaine :

« Le Bien Public a publié le 15 avril un article intitulé “Vers la fin de Fessenheim”. Cet article présente comme un fait acquis la fermeture annoncée pour la fin 2016 par le président de la République le 14 septembre dernier. Or une telle fermeture ne peut être le fait du prince : il faut en justifier la nécessité, indemniser les actionnaires, respecter les droits de chacun, notamment l’indépendance de l’Autorité de sûreté, compenser les pertes que l’arrêt provoquera pour les communes et les populations des environs.

Sur la base de leurs connaissances et de leur expérience, 30 anciens directeurs de sites nucléaires ont expliqué dans un communiqué que la décision d’arrêt définitif de la centrale nucléaire de Fessenheim en 2016 ne repose sur aucun argument rationnel. Selon eux, aucun des grands critères à prendre en compte dans ce type de décision ne justifie la mise à l’arrêt définitif de cette centrale :

1. La sûreté de la centrale est-elle déficiente ? Ce n’est pas l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire qui vient de donner son accord pour la poursuite du fonctionnement pendant 10 ans de Fessenheim 1 au vu des examens et des travaux réalisés pendant la dernière visite décennale et instruit actuellement le dossier de Fessenheim 2. Elle a donné des instructions pour que des travaux soient réalisés dans des délais courts à la suite des examens complémentaires de sûreté post-Fukushima. L’exploitant EDF s’est engagé à les réaliser dans les délais.

2. Les deux unités de la centrale sont-elles obsolètes technologiquement ? Non : elles font partie d’un parc de production homogène de 58 réacteurs, tous du type à eau sous pression (REP). Elles ont pu bénéficier des améliorations apportées à toutes les unités du parc au fur et à mesure de leur mise en service et de leur exploitation. Fessenheim est au même niveau technique et de sûreté que les autres unités. De plus, il convient de noter que leur centrale de référence, construite sous licence Westinghouse aux USA, Beaver Valley 1, qui a démarré un an avant Fessenheim 1, a reçu une autorisation de fonctionnement pour une durée de 60 ans de la part de l’Autorité de sûreté des Américains.

3. Ces deux unités sont-elles obsolètes économiquement ? Non, leur exploitation est au contraire très rentable. C’est ce qui ressort du rapport de la Cour des Comptes et du rapport du Centre d’analyse stratégique, tous deux réalisés sur ce sujet précis en 2012. Ces deux instances, totalement indépendantes de l’exploitant, confirment l’intérêt économique de la centrale de Fessenheim qui dégage un revenu annuel de 400 millions d’euros pour EDF, ce qui contribue à la compétitivité du kWh nucléaire et aux tarifs modérés de l’électricité vendue aux consommateurs français.

4. Y a-t-il une surcapacité de production d’électricité en France et plus généralement sur la plateforme continentale de l’UE ? Non, c’est à la situation inverse qu’il va falloir faire face : aujourd’hui, et plus encore en 2016, avec l’arrêt définitif de nombreuses installations thermiques européennes en raison de leur obsolescence vis-à-vis des nouvelles normes environnementales sur les rejets gazeux. En France, la perte de capacité va être de 8 700 MWe à l’horizon 2016 (sans compter les 1 800 MWe de Fessenheim) ce qui justifie la poursuite du fonctionnement des installations qui, telles les deux unités de Fessenheim, participent à la production d’une électricité sans émission de gaz à effet de serre. Les anciens directeurs de centrales concluent : “L’ASN, seule instance compétente pour juger de la sûreté et de l’obsolescence technologique des installations électronucléaires, ne demande pas l’arrêt de Fessenheim. L’arrêt prématuré de Fessenheim porterait un grave préjudice à l’un des secteurs industriels dans lequel la France est reconnue au plan mondial. Il serait paradoxal, en ces temps économiques difficiles pour notre pays, de le priver de moyens industriels utiles et des 2 200 emplois productifs associés. Les trente signataires considèrent que la décision d’arrêt définitif de Fessenheim 1 et 2 en 2016 est prématurée et ne repose sur aucun argument rationnel.” »

 

Retrouvez cette publication sur le site du Bien Public :

http://www.bienpublic.com/cote-d-or/2013/04/28/fessenheim-un-arret-injustifie-en-2016

Informations supplémentaires