Electricité éolienne : C’est maintenant, pas après demain, qu’il faut la stocker !

Hervé Nifenecker et Jean Pierre Le Gorgeu

Résumé

Le lissage de la production d’électricité éolienne est une nécessité absolue pour tout scénario énergétique dans lequel cette électricité représenterait plus de 30% de la consommation. Des trois types de stockage habituellement proposés, batteries, STEPs et transformations électricité-gaz puis gaz-électricité, seul le troisième est envisageable à court ou moyen terme. Nous étudions particulièrement le cas de la Bretagne et proposons de réaliser un démonstrateur de lissage de la production éolienne bretonne.

Il est clair, qu’à cette échelle pourtant limitée, les problèmes posés par la tenue des électrolyseurs aux variations du courant éolien, la manipulation et le stockage de millions de m3 d’hydrogène, la collecte de millions de m3 de CO2 nécessaire si, comme le propose l’ADEME, on envisage d’utiliser la réaction de Sabatier, ne sauraient être considérés comme réglés comme le sous-entend indument cet organisme. Il est urgent de réaliser un démonstrateur d’une puissance de plusieurs centaines de MW comme suggéré ici. Dans l’attente de démonstration du fonctionnement satisfaisant et à un coût acceptable de ce démonstrateur, il n’est pas raisonnable de poursuivre la construction de nouvelles éoliennes en France continentale. En effet la multiplication des éoliennes ne réduit pas les émissions de CO2, renchérit fortement le coût de l’électricité (par la CSPE et la perturbation du marché) et met en danger la stabilité du réseau, sans profiter à l’industrie française puisque la plupart des éoliennes sont importées.

 

Ce résumé est celui d'une étude détaillée :
                        http://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/etudes/stockage_Bretagne.pdf

Informations supplémentaires