Lettre à François Hollande, nouveau Président de la République

Le 7 mai 2012

Monsieur le Président de la République,

 

Au prix d’une longue campagne électorale, vous êtes devenu, Monsieur Hollande, notre nouveau Président.

« Sauvons le Climat » vous félicite et admire le courage dont vous faites preuve pour accepter de porter une telle charge dans une période si hautement critique, où tous les signaux se brouillent.

A l’issue de la longue campagne que vous avez menée, au-delà des assauts de démagogie – c’est la loi du genre – qui l’ont marquée, quelques lignes de fond se sont dégagées. Elles concernent les excès de l’individualisme ambiant attesté par la démesure de certaines rémunérations, le défaut de visibilité sur le long terme, imputable pour une large part aux dérèglements du système financier et plus généralement à l’absence de repères dont souffre une société plus que jamais confrontée à l’imprévisible.

C’est un fait, l’idée de progrès s’est dangereusement relativisée. Les idéologies dominantes, dès lors qu’elles se réclament de l’écologie, n’éclairent plus que négativement les choix censés déterminer l’avenir. L’ignorance, contrepartie de la complexité croissante des réalités techniques, économiques et sociétales semble provoquer des phobies irrationnelles.

Avec le sens de l’histoire qui s’efface, c’est aussi celui de la démocratie, un système politique largement fondé pour répondre à l’appel du futur qui s’estompe. Cette perte de sens et de confiance dans le progrès explique que tant de nos concitoyens, de droite comme de gauche, souhaitent, au mépris de la réalité, que notre pays se protège du vent du large. Ayant perdu des raisons d’espérer ils refusent d’accepter le difficile mélange qu’ils vivent entre ce qui se crée et ce qui s’efface. 

Monsieur le Président, vous avez placé votre campagne sous le signe du « changement ».

Avant d’agir il nous semble qu’il vous appartiendra donc d’expliquer à nos concitoyens que dans un monde devenu infiniment complexe la certitude de détenir la vérité ne peut plus avoir cours, que les idéologies étant plus dangereuses que jamais, l’expérimentation, le pragmatisme et la mise en œuvre de la subsidiarité vont de plus en plus s’imposer, n’en déplaise aux doctrinaires.

Il vous faudra aussi, Monsieur le Président, démontrer que la solution des problèmes qui se posent à notre société et notamment ses relations avec la planète, se trouve dans l’innovation, dans l’esprit d’entreprise et non dans le repli sur soi, la décroissance, les excès de réglementations, la frilosité ou le refus de voir. Il faudra enfin, vous employer à réapprendre à nos concitoyens que si le progrès est le moteur de l’histoire, le risque est l’un des éléments constitutif de la vie et il est nécessaire d'apprendre à bien mesurer les risques relatifs des diverses voies qui se présentent.

En un mot, Monsieur le Président, en faisant confiance aux hommes et au progrès, faites en sorte que la France ne soit plus le pays de la crainte du lendemain.

 

« Sauvons le climat », qui depuis longtemps œuvre à apporter de la rationalité dans la lutte contre le réchauffement climatique, peut vous aider !

 

Veuillez croire, Monsieur le Président, à mes respectueuses salutations.

 

Jacques Masurel

Président du collectif « Sauvons le Climat »

 

 

PS : Notre association a été très sensible à la réponse que vous avez bien voulu adresser à l’ « APPEL AUX CANDIDATS » que nous avions lancé.

 

Informations supplémentaires