Remise à l'herbe du réacteur Siloé

L'assemblée générale de  la CLI de Grenoble, qui s'est tenue le 24 Septembre, a dû se prononcer sur le déclassement du réacteur SILOE du CENG après une présentation du CEA-G et de l'ASN.

alt

 

Figure 1

Siloé avant son arrêt. On distingue l’enceinte de confinement qui surplombe les bâtiments abritant les bureaux et les laboratoires

 

 

alt

Figure 2

 

L’emplacement actuel de SILOE après démantèlement. L’enceinte de confinement et les bâtiments annexes ont été arrasés.

SILOE était un réacteur expérimental de type piscine, d'une puissance nominale de 35 Mégawatts, mis en service en 1963 et arrêté en 1997. Son enceinte de confinement était constituée par un hall cylindrique en béton de 27 m de hauteur et de 27 m de diamètre. Le bâtiment  regroupait le hall réacteur, le bâtiment bureaux et le bâtiment technique.

Le hall contenait le réacteur proprement dit, le bloc piscine, l’installation d’extraction de puissance, les zones expérimentales et la zone des canaux, la cellule chaude et l’installation d’épuration.

 

Le réacteur était utilisé dans les domaines suivants :

  • la recherche fondamentale sur les structures cristallines, à l’aide de faisceaux de neutrons, le soutien scientifique au parc nucléaire français,
  • les études de comportement des structures et des combustibles nucléaires du futur, la production de radioéléments pour la médecine,
  • la production de silicium dopé pour les industries de la microélectronique.

La décision d’arrêter Siloé a été prise dans une logique de réorganisation des activités du CEA par centre. L’arrêt définitif de Siloé est intervenu le 23 décembre 1997. 

 

Le réacteur SILOE est entré en phase de démantèlement en janvier 2005 suite à la parution du décret de démantèlement.

La présence d’une activité supérieure à celle estimée initialement, l’évolution de la réglementation (méthodologie de déclassement) et le « retour d’expérience » des travaux sur Mélusine ont conduit aux adaptations suivantes :

  • Décuvelage de la piscine principale par téléopération, Découpe de la piscine principale,
  • Assainissement final, réévaluation des profondeurs de traitement par catégorie de surfaces.

 

Le Chantier, après une période de préparation de 7 ans a duré 10 ans

Alors que la réglementation exige que les activités nucléaires n'entraînent pas une irradiation supplémentaire par rapport à la radioactivité naturelle supérieure à 1 mSv/an (le tiers de la radioactivité naturelle), l'ASN a exigé que la limite de cette irradiation soit ramenée à 0,01 mSv/an. Un telle augmentation, qui est de l'ordre du trentième de la radioactivité naturelle ne peut, évidemment, pas être mesurée avec de simple compteurs Geiger. Ils sont calculées à partir de l'activité (mesurée grâce à des analyseurs de spectres gamma) due au Cs137  qui est considéré comme une signature de la contamination liée au fonctionnement du réacteur. 

Une légère activation du radier causée par d'anciennes fuites d'eau radioactives, concentrées le long des cables insérés dans le béton a été détectée par les agents du CEA. L'ASN a exigé que le radier soit concassé et traité comme un déchets de très faible activité. Cette opération a exigé la destruction de l'enceints de confinement qui n'état plus active et dont les restes ont été utilisée pour remplir le trou résultant du traitement du radier. Le résultat est que l'irradiation supplémentaire est estimée à 0,003 mSv/an, mille fois moins que la radioactivité naturelle!

Le coût du démantèlement de SILOE est estimé à 118 millions d'euros. Ce coût est à rapprocher de celui de construction du réacteur Jules Horowitz, d'une puissance de 100 MW, en construction à Cadarache, qui atteint actuellement (mais dépassera) 630 millions.

Le détail des coûts de démantèlement  est le suivant:

  • opérations: 51 M€
  • Déchets: 24 M€
  • Exploitation: 35 M€
  • pilotage: 8 M€

Les tonnages de déchets sont les suivants:

  • Déchets de Très Faible Activité (TFA): 5959 m3
  • Déchets Faible activité (FA) :809 m3      
  • Déchets Moyenne Activité (MA): 79 m3  
  • Déchets Haute Activité (HA): 0,85 m3 
  • Gravats non radioactifs: 9000 m3, utilisés comme remblais

Le personnel CEA qui atteignait 140 agents en 2001 n'était plus que de 10 en 2013. Le chantier a employé un maximum de 250 personnes (dont 60 CEA) pendant 4 ans.

La CLI a voté le déclassement, sans restriction d'utilisation, du déclassement de Siloé par 4 voix pour (dont celle de SLC), 2 pour avec conditions additionnelles, 1 voix contre.

Le oui conditionnel de la CRIIRAD demandait que le travail du CEA, de l'IRSN et l'ASN soit contrôlé par une organisation indépendante. Cette condition a été refusée.

Un représentant des médecins a demandé l'assurance qu'un suivi du niveau de la radioactivité du Drac soit maintenu. Cette condition est bien remplie, des prélèvements de l'eau étant effectués au moins deux fois par an.

Le vote négatif était porté par l'adjoint au Maire de Grenoble.

 

 

Informations supplémentaires