Place du charbon en Europe

Conférence organisée par Ascpe, SLC et APPA au bureau du Parlement Européen à Paris le 22 juin 2016.

Résumé

   Après la présentation de la pétition "Sortons du Charbon" par M. Hervé Nifenecker (Président d'Honneur de SLC) et des trois associations:
- ASCPE - Les entretiens européens et eurafricains, par Mme Claude-Fischer Herzog (Présidente d'ASCPE),
- SLC - Sauvons le Climat, par M. Claude Jeandron (Président de SLC),
- APPA - Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique, par M. Stephan Savarese (Vice-Président de SLC) au nom de Mme Prof. Isabelle Roussel (Présidente de l'APPA),

Claude Fischer a présenté la place du charbon dans le mix énergétique européen, les conséquences politiques et sociales pour les pays qui en dépendent et les difficultés de sortir de cette dépendence pour certains pays, comme la Pologne.

La diversification des mix énergétiques de ces pays supposerait une solidarité européenne qui n’existe pas. Hervé Nifenecker, Claude Jeandron et Stephan Savarese ont rappelé les motivations de la pétition, à savoir l'ingérence de l'Allemagne dans la politique énergétique française par la demande de la Ministre Barbara Hendricks de l'arrêt rapide de centrales nucléaires françaises, alors que jamais la France n'a exprimé une telle exigence vis-à-vis des centrales au charbon allemandes, pourtant nettement plus nocives pour la santé et l'environnement. Mais cette situation paradoxale a le mérite de poser clairement le terme du débat entre nos deux pays, et plus largement en Europe, avec les pays voisins, comme l'Italie ou la Pologne, eux aussi simultanément victimes et promoteurs de l'électricité au charbon.

Stephan Savarese a ensuite présenté un diaporama de Bernard Durand sur les conséquences néfastes, et souvent mortelles, de l'exploitation des énergies fossiles, la palme revenant au charbon en raison des quantités de produits toxiques déversés par unité d'énergie produite (cf. illustrations, graphiques et chiffres à l'appui, dans les diaporamas ci-dessous).

Pour replacer ce dialogue dans le contexte du tournant énergétique en Alemagne, Madame Michaela Gastiger a rappelé l'évolution historique de l'Allemagne vers un mix énergétique durable. Le Professeur Roland Masse a démontré que les dangers toxiques des énergies fossiles, et notamment du charbon, ne sont pas négligeables. Or, à ces dangers, s'ajoutent les risques sanitaires liés au réchauffement climatique, encore plus importants, alors que les conséquences, en cas de dépassement de l'objectif de +2 degrés Celsius de l'Accord de Paris, sont encore pire que ce que nous subissons actuellement par la pollution atmosphérique due au charbon !

Conclusions

Face à ces perspectives, le sentiment général des participants est que la sous-estimation des risques sanitaires et climatiques liés au charbon, alors que les informations sont disponibles depuis longtemps, nécessitent une action rapide et générale pour demander non seulement l'arrêt de la construction de nouvelles centrales au charbon, mais également l'arrêt le plus rapide possible des centrales au charbon existantes. Les participants s'accordent pour reconnaître que cela peut paraître extrêmement difficile dans certains pays, voire impossible. Pourtant, les conséquences extrêmes de la poursuite de l'activité de ces centrales électriques nécessitent une remise en cause de cet état de fait. Cela pourrait se concrétiser par l'organisation d'une pétition européenne pour exiger l'arrêt des centrales électriques au charbon avant 2040, notamment en Allemagne.


Informations supplémentaires