Article des Prix Nobel, parrains de SLC

 

 

Article paru dans le Figaro du 26 décembre 2006

(Le Figaro parle de Sauvons Le Climat sans le dire, ces 3 Prix Nobel en sont les parrains)

La France doit rester en tête de la lutte contre le réchauffement climatique

Par Georges Charpak *, Pierre-Gilles de Gennes *et Jean-Marie Lehn **

* Prix Nobel de physique ** Prix Nobel de chimie

“ Les pays développés doivent démontrer que la limitation des émissions de gaz à effet de serre grâce aux technologies modernes est possible, sans handicap économique majeur et sans diminution de qualité de vie ”

La concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère de notre planète atteint aujourd’hui un niveau supérieur à tout ce qu’elle a connu depuis plus d’un demi-million d’années. Démarrée au début de l’ère industrielle, vers les années 1880, cette hausse est essentiellement due à l’accumulation des émissions croissantes de gaz carbonique et de méthane résultant de l’activité humaine. Si nous ne faisons rien, cette hausse va se poursuivre.

En très grande majorité les experts qui observent et étudient ces phénomènes sont formels ;sauf à réduire les émissions, notamment celles de gaz carbonique, d’un facteur au moins égal à 2, notre globe verra sa température moyenne augmenter de plusieurs degrés au cours du présent siècle. Une telle augmentation de température, comparable en ordre de grandeur à celles qui ont suivi les périodes glaciaires, mais qui se produira de façon beaucoup plus rapide, aura des conséquences majeures sur le climat. Les conséquences qui en résulteraient sur notre santé, la végétation et les productions agricoles, le niveau des mers, les espèces vivantes, etc... sont évidemment plus difficiles à cerner,mais nul ne peut exclure que des évolutions irréversibles catastrophiques, allant jusqu’à mettre en cause les conditions de vie de l’espèce humaine, puissent se produire. Qu’attendons-nous pour agir face au réchauffement climatique qui nous menace ? Il nous faut limiter les émissions de gaz à effet de serre par tous les moyens à notre disposition.

Si des économies d’énergie importantes sont possibles et souhaitables dans les pays développés, il est impossible d’exiger des efforts similaires de la part des pays en voie de développement. Sauf récession économique catastrophique, la consommation énergétique mondiale va continuer à croître. Il est donc capital de mettre en œuvre, chaque fols que cela est possible,des techniques de production d’énergie ne faisant pas appel aux combustibles fossiles. De telles techniques existent dans le domaine de la production d’électricité pour les réseaux centralisés : énergie nucléaire, hydroélectricité, éolien. Le solaire photovoltaïque est particulièrement bien adapté aux sites isolés et aux pays dont le réseau de distribution électrique est peu développé. Le solaire thermique,la géothermie, la biomasse bien gérée, les pompes à chaleur doivent prendre davantage de place pour le chauffage des locaux et la production d’eau chaude. Les transports demeureront encore longtemps les plus tributaires des combustibles fossiles ; il n’en est que plus important de rechercher d’autres solutions : ;développement des transports en commun, véhicules électriques, utilisation de l’hydrogène produit par électrolyse ou décomposition thermochimique de l’eau.

Face aux grands pays en émergence qui vont, par nécessité et comme nous l’avons fait au cours des deux siècles’passés,fonder leur développement sur le charbon, le gaz et le pétrole, et donc (sauf aboutissement suffisamment rapide des études en cours sur la séquestration du gaz carbonique) voir croître leurs rejets de gaz carbonique, les pays développés doivent démontrer que la limitation des émissions de gaz à effet de serre grâce aux technologies modernes est possible, sans handicap économique majeur et sans diminution de qualité de vie. La France (qui, grâce au nucléaire, a déjà une position enviée, avec des émissions de 6 tonnes de gaz carbonique par tête et par an, contre 10 en Allemagne et 20 aux États-Unis) doit continuer à montrer l’exemple.

Il est temps que les Français se convainquent que l’objet du débat énergétique n’est pas de savoir s’il faut ou non “ sortir du nucléaire ” (un nucléaire qui, maîtrisé comme il l’est dans nos pays, ne présente que des risques minimes comparés à ceux des gaz à effet de serre), mais plutôt de savoir comment « limiter le plus possible ces combustibles fossiles qui menacent notre climat » (et non pas “ sortir des combustibles fossiles ”, car ce serait totalement irréaliste). Nous appelons nos concitoyens et nos dirigeants à engager une politique volontariste et décidée, à la fois d’économies d’énergie et de développement de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables. Une telle politique est la seule qui puisse raisonnablement garantir à notre génération et aux générations futures le maintien de conditions climatiques acceptables et prévisibles.

La liste des signataires (de Sauvons Le Climat, bien sûr !!!)

sur www.lefigaro.fr/debats/

Informations supplémentaires