Panneaux photovoltaïques

 

 


 Le Dauphiné Libéré 18 Février 2007

ÉNERGIES RENOUVELABLES De plus en plus de particuliers produisent et revendent leur électricité à EDF

La bulle photovoltaïque

GRENOBLE

Juillet 2006 : le gouvernement annonce une augmentation des tarifs de rachat de l’électricité par EDF qui passent de 15 centimes le kilowatt/heure à 55centimes. Les services "énergies" du conseil général de l’Isère qui enregistraient 53 dossiers de demandes de subventions de particuliers pour des installations photovoltaïques en 2006 ont eu à traiter, en ce début d’année, 93 dossiers, soit deux fois plus que pour toute l’année 2006.

Idem pour la région Rhône-Alpes : 358 dossiers traités en 2006 pour l’ensemble des départements, 350 dossiers traités en 2007 entre le 1er janvier et le 13 février. Malgré la complexité des démarches administratives, en dépit de délais particulièrement longs de traitement des dossiers et de raccordement au réseau, les demandes affluent. L’augmentation des tarifs EDF mais surtout les aides publiques : crédit d’impôt (50% du montant du matériel, hors main d’oeuvre),prime de bonification Région (2 400 euros maximum) et subvention Département (1000 euros maximum) ont "boosté" le marché.

" J’ai fait le calcul : pour une surface de 15 mètres carrés de capteurs et une production annuelle de 2100 kWh, l’installation revient à 19 000 euros TTC, le total des aides atteint 11 400 euros, la part du propriétaire est donc de 7 600 euros, amortis au bout de sept ans, si l’on revend l’électricité produite à EDF " intervient Hervé Nifenecker, président de l’association grenobloise " Sauvons le climat ".

" Pour autant, on n’agit pas sur les émissions de gaz à effet de serre avec ces installations, puisque les cellules photovoltaïques ne produisent pas aux heures de pointe (soirées d’hiver) donc ne se substituent qu’au nucléaire, une énergie propre. "

" Mais qui n’est pas sans danger pour l’homme et pour l’environnement ", rectifie Étienne Masson,directeur de l’Ageden (voir repères). La filière des énergies renouvelables se structure _ le marché de l’énergie solaire semble même être le plus abouti , les compagnons du solaire à Aix-les-Bains forment des jeunes diplômés du bâtiment à ces techniques, le pôle de compétitivité grenoblois Tenerrdis rassemble de nombreuses sociétés autour de projets innovants, le label qualité ("Qualit Enr") s’appliquera bientôt aux installations photovoltaïques.

La demande a joué sur les prix du marché

Mais à la base, les installateurs, ne peuvent pas suivre le rythme. " Ils sont débordés par l’afflux de ces nouvelles demandes ", poursuit Étienne Masson. Cette pression a aussi eu un impact sur les tarifs des prestations :

" Bien que les matériaux soient moins chers, les factures ont été majorées de 10 voire 15 % ces deux dernières années ", constate Serge Revel, vice-président chargé du développement durable et de l’environnement au conseil général.

" La montée en puissance des demandes a été telle que la Région, qui n’avait plus les capacités de gérer les dossiers, a dû signer des conventions avec les départements pour qu’ils prennent le relais.

En revanche, sur le plan financier, nous avons prévu large, la Région a budgétisé 100 millions d’euros sur la mandature pour les énergies renouvelables ", rassure Helène Blanchard, vice-présidente à l’environnement au conseil régional. " Donc nous continuerons à subventionner. En revanche, nous allons essayer d’agir sur les prix du marché, ils doivent baisser !"

Frédérique VERHAEGHE

REPÈRES

PARTICULIERS ET COLLECTIVITÉS

La Région Rhône-Alpes a enregistré 358 demandes de subventions en 2006 pour des projets individuels d’installations photovoltaïques, ce qui équivaut à une puissance aidée de 727 kWc. Au cours des six premières semaines de l’année, 350 dossiers ont été traités, pour un peu plus de 700 kWc (kilowatts-crête) aidés, soit environ 70 000 kWh. Dans le même temps, en 2006, 29 projets collectifs ont été aidés.

Pour l’Isère, l’Ageden évalue le nombre d’installations fin 2006 à 225 (dont 198 chez des particuliers). La puissance installée a doublé en moins de 2 ans.

VENDRE OU CONSOMMER ?

L’énergie électrique fournie au réseau est achetée sur la base de 0,30 €/kWh ; 0,55 €/kWh lorsque les équipements sont intégrés. Le prix de vente de l’électricité photovoltaïque est donc supérieur au prix de l’achat de l’électricité du réseau (environ 10 cc).

D’où l’intérêt de vendre la totalité de sa production et d’acheter l’électricité dont on a besoin. On peut aussi consommer sa production et vendre le surplus.

MAISONS PASSIVES

Ce concept de " Maisons Passives " se développe dans la région où quelques projets sont en cours d’élaboration pour des consommations chauffage et eau chaude inférieures à 30 kWh/m²/an (pour un coût de 200€/an) soit 4 fois moins que l’habitat classique neuf.

L’AGEDEN

Elle a pour objet la promotion et la mise en oeuvre de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables en Isère (04 76 23 53 50 ou www.ageden.org).

Informations supplémentaires