Les Français sensibles au bonus-malus écologique

 

 

Extrait d’un article de "Les Echos" du 13-12-2007

AUTOMOBILE

Parmi les français qui pensent changer prochainement de voiture, 69% estiment que les récentes incitations gouvernementales « auront un impact » sur leur prochain achat selon TNS-Sofres. Même si moins d’un client sur deux envisage de commander un modèle bénéficiant d’un bonus

Les Français sensibles au « bonus-malus » écologique

Bon nombre de concessionnaires automobiles attendent fébrilement de connaître les effets concrets du « bonus-malus » écologique sur les ventes de voitures neuves annoncé par le gouvernement. Particulièrement ceux qui vendent beaucoup de 4x4, comme les réseaux Nissan, Suzuki, Land Rover ou Hyundai, dont les modèles seront taxés de 750, 1.600, voire 2.600 euros pour les plus gros. Une chose est sûre : cette mesure annoncée dans la foulée du Grenelle de l’environnement visant à encourager les ventes de voitures propres n’est pas passée inaperçue.

Pour aider les constructeurs à y voir clair. TNS Sofres a interrogé la partie « chaude » du marché, un échantillon de 1.000 automobilistes déclarant vouloir changer de voiture dans les deux ans. Sur celte population test, « 69 % des gens pensent que cette mesure va avoir un impact sur Ieur prochain achat, y compris ceux qui comptent acquérir un. véhicule d’occasion », explique Vincent Dupray, du département automobile de TNS Sofres.

Même si moins d’un client sur deux pense concrètement .commander un modèle bénéficiant d’un bonus,car il s’agit essentiellement de petites citadines, « 65 % des sondés considèrent que cette mesure va dans le bon sens ». Donc pas de sentiment d’injustice exagéré, même ri la taxe frappant un grand monospace sera bien plus lourde que le coup de pouce donné en même temps à l’acheteur d’une Renault Twingo (200 euros en général).

Plus attentifs au choix du modèle

Comment les lignes du marché automobiles vont-elles bouger ? « Cette mesure devrait tout d’abord déplacer certains achats d’occasion vers le neuf, pour toucher le bonus. Mais cela sera temporaire, le temps que les prix de l’occasion soient réajustés à la baisse » , estime Vincent Dupray. « En second lieu, les gens vont se montrer plus attentifs au choix du modèle : et là, ils feront d’abord des arbitrages sur les moteurs »,pour se reporter sur des motorisations moins puissantes tout en essayant de préserver le type de véhicule qui les intéresse.

« Enfin, il y aura d’autres arbitrages vers des véhicules plus petits, de gamme inférieure, mais ce phénomène sera plus limité que le précédent. » On voit mal en effet le père de famille habitué aux monospaces tenter de loger ses trois enfants dans une Peugeot 207. En outre le « superbonus »( prime à la casse pour les véhicules de plus de 15 ans) aura un effet très limité, car les possesseurs de telles voitures rachètent très rarement du neuf.

L’institut de sondage estime que 15% des véhicules neufs vendus en France seront touchés par un malus, tandis que le collectif « Sauvons le climat » évalue cette part à 25%. Selon cette source, ce dispositif « a pour objectif de ramener la consommation moyenne autour de 5,5 à 6 litres aux 100 kms, contre une moyenne actuelle de 7 litres. On espère ainsi économiser de 15 à 20% des 100 millions de tonnes de CO2 émises chaque année par les 30 millions de véhicules roulant en France ».

Informations supplémentaires