Avantages et inconvénients pour la santé de la biomasse - Biomasse et Santé

Energie et santé : les comptes-rendus de la 6ème université d'été de Sauvons le climat

 

Paul MATHIS - Ancien chef de la section Bioénergétique du CEA Saclay - mathis.paul@orange.f

Avantages et inconvénients pour la santé de la biomasse - Biomasse et Santé


Présentation :


Energie renouvelable, provenant du soleil (via la photosynthèse des plantes), la biomasse apparaît à première vue comme la source d’énergie la plus propre. Qu’en est-il en réalité ?
Un rappel portera sur les sources de biomasse (la forêt, les cultures, les déchets) et sur ses multiples usages (alimentation, matériau, chimie, énergie). Comme source d’énergie,
la biomasse est sollicitée pour la production de chaleur, d’électricité ou de carburants. Ces usages, et les problèmes associés, sont très variables selon les régions, au niveau
mondial.
A la source des problèmes sanitaires, il y a surtout les particules carbonées résultant d’une mauvaise combustion et les gaz résultant de réactions de molécules toxiques :
- Les particules carbonées. Comment se forment-elles ? Quel est leur impact sanitaire ?
- Les gaz nocifs. Lesquels ? Comment se forment-ils ? Quel est leur impact sanitaire ?
Quelques cas exemplaires seront abordés :
La cuisson dans les pays pauvres du Sud.
Une bonne combustion du bois nécessite une température élevée, qui est loin d’être atteinte dans les fourneaux rudimentaires utilisés dans les pays pauvres. Conséquences :
il faut beaucoup de bois (rendement très faible) pour un résultat médiocre ; et fort dégagement de fumées qui entraînent des maladies oculaires et respiratoires, surtout
chez les femmes. 1 à 2 millions de décès chaque année ? Ce problème majeur pourrait être résolu par l’amélioration des foyers ou l’utilisation de charbon de bois.
Le chauffage au bois.
En France, comme dans de nombreux pays développés, la moitié des ménages pratiquent le chauffage au bois-bûche, souvent dans de mauvaises conditions, comme les
cheminées à foyer ouvert. On obtient alors un mauvais rendement de combustion et l’émission de fumées, avec les problèmes sanitaires déjà mentionnés. La question sera
discutée en fonction du type de foyer et de combustible.
Les incinérateurs.
Des études épidémiologiques ont montré que les anciens incinérateurs d’ordures ménagères émettaient des polluants dangereux provenant pour partie de la biomasse
brûlée. Cela a nécessité l’imposition de règles strictes d’émissions de polluants. La solution de ce problème permettra de tirer un parti des bois souillés de récupération dont
le potentiel énergétique est très important.
Les biocarburants.

Les carburants pétroliers utilisés dans les transports sont à l’origine de l’émission de particules et de gaz dangereux pour la santé. Comment se présentent le biodiesel et le
bioéthanol par rapport aux carburants pétroliers ? La situation n’est pas claire et il faut se méfier d’affirmations qui pourraient être influencées par certains lobbies. Certains résultats indiquent que le biodiesel émet moins de particules que le gazole, et que l’éthanol, sous forme de E85, serait la source de plus de composés précurseurs d’ozone que l’essence.
L’utilisation de biométhane (Bio-GNV) pourrait se révéler favorable au plan sanitaire, en particulier grâce à une forte réduction des émissions de particules.

Ecouter l'enregistrement audio

Voir le diaporama (accès réservé aux adhérents)

 

Les actes de l'université seront publiés par l'APPA dans sa revue "Pollution Atmosphérique"

Informations supplémentaires