Soirée d'information sur la pompe à chaleur - Dijon - 14 janvier 2010

 

 

L’UFR des Sciences et des Techniques de l’Université de Bourgogne en association avec la section Bourgogne et Franche-Comté de "Sauvons Le Climat" organisent une soirée d’information sur la pompe à chaleur intitulée : "Intérêt des pompes à chaleur pour les enjeux énergétiques d’aujourd’hui : quels principes pour bien choisir ?" le jeudi 14 janvier 2010 à 17h30 à la Faculté des Sciences Mirande, amphithéâtre Recoura.

Cette cette sera aminée par Messieurs Dufour professeur de physique, Siccardi ingénieur thermicien, Benner responsable EDF et Kern fabricant de pompes à chaleur.


Les pompes à chaleur.

Les pompes à chaleur comme mode de chauffage principal ou d’appoint connaissent un fort développement. Mais comment fonctionnent-elles ? Tout simplement elles « pompent de la chaleur » c’est-à-dire qu’elles extraient des calories donc de l’énergie d’un milieu froid (la source froide) pour les restituer à un autre milieu à température plus élevée (la source chaude). Cette opération se fait grâce à un fluide qui présente la particularité de changer d’état (liquide ou gazeux) quand on modifie sa pression. L’intérêt est évident car une faible quantité d’énergie dépensée par le compresseur permet, de transférer une grande quantité de chaleur de la source froide vers la source chaude. Le rapport entre l’énergie fournie et l’énergie dépensée se mesure avec le COP (COefficient de Performance), il peut varier considérablement entre 1 : cas du chauffage électrique pur et 6 coefficient des installations de pompes à chaleur actuellement les plus performantes. Mais nous sommes en droit de nous poser la question suivante : d’où vient la chaleur ainsi récupérée ? La réponse est simple, elle vient de l’air chauffé par le soleil ou de la surface du sol lui même également chauffé par le soleil. Donc au final, avec un COP saisonnier moyen de 3 le chauffage est assuré pour environ un tiers par l’énergie électrique et pour les deux tiers restants par l’énergie solaire. Quand on sait qu’en France 90 % de l’électricité provient du nucléaire ou de l’hydraulique, on peut affirmer que ce mode de chauffage ne produit pas ou très peu de gaz à effet de serre. Alors quel mode de chauffage choisir : Pour une construction neuve, pas d’hésitation possible le couple pompe à chaleur basse température plancher chauffant est rapidement amorti. En effet le plancher chauffant fonctionne avec des températures de 35 °c max ce qui donne un COP moyen supérieur à 3 (pour 3 kWh consommés un seul payé) et l’on économise les couts de raccordement gaz et de conduit de fumée. Pour un changement de chaudière la question peut se poser. Ainsi, une politique volontariste de promotion de l’usage de la pompe à chaleur dans toutes les constructions neuves permettrait d’éviter le rejet de millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Il faudrait également imposer la réalisation d’une étude de faisabilité lors de tout changement de chaudière incluant les aspects économiques et environnementaux. La majeure partie de la consommation énergétique de l’immobilier résidentiel et tertiaire, est due au chauffage des locaux. Cette consommation représente environ 25 % de nos rejets de gaz à effet de serre et 30 % de notre consommation d’énergie finale. Il est évident qu’en utilisant les pompes à chaleur nous avons la possibilité de réduire considérablement nos émissions de gaz à effet de serre.

Informations supplémentaires