PLATOV (de G.P.)

P L A T O V

 

       - Assieds-toi, Ivan Ivanovitch, assieds-toi vite. Sinon, tu vas t’effondrer sous le poids de cet énorme dossier. Est-ce une nouvelle œuvre immortelle ou ton casier judiciaire ?

       - Ni l’un ni l’autre, cher frère d’armes. D’une part, une biographie officielle n’est pas un enfant de la littérature mais plutôt de l’Histoire. D’autre part pour mon casier il faudrait une télégue pour le supporter et le mouvoir….
Je t’apporte simplement les passages revus et corrigés dont nous avons déjà parlé mais je suis surtout venu pour éclaircir certains points de ton existence qu’il n’est pas possible d’expédier en quelques lignes.
La plus importante de ces questions porte sur ton activité en Union Démocratique où j’aurais du mal à faire croire que, pendant cinq ans, tu as consacré douze heures par jour au fonctionnement de la Maison de l’Amitié entre les Peuples.
Tu jugeras comme d’habitude de ce qui peut être dit et pas dit mais j’aimerais vraiment comprendre ce que tu as bien pu tirer du désastre que venait de subir l’Organisme en Union Occidentale.

       - Désastre ! quel désastre ? Et même s’il y a eu revers, apprends, petit frère, qu’on peut souvent transformer un problème en opportunité et une opportunité en victoire.
Je résume :
Au début des années 80, les Yankees s’affolent en comprenant que nos fusées de moyenne portée font de nous les vainqueurs obligés dans le cas d’un affrontement militaire en Europe.
Ils ne voient qu’une seule riposte possible : installer des fusées Patton en Union Occidentale et ils en font la demande poliment, mais fermement.
Mobilisation générale chez nous : il faut faire refuser cette demande par les parlements de l’Ouest.
Nous avons des alliés évidents : les brebis gauchistes et les agneaux pacifiques qui, sans que nous ayons besoin de souffler sur les braises, bêlent « Plutôt rouges que morts ».
Ils sont quand même trop bêtes et trop peu nombreux pour enlever le morceau et il nous faut donc des associés plus nombreux et plus convaincants. C’est alors que l’Organisation reçoit pour mission d’instrumentaliser les associations « vertes « populaires, à juste titre, pour leur combat en faveur des cétacés, des pique-prune et des violettes de Parme.
Feu donc sur le nucléaire, militaire, bien sûr, mais aussi sur ses applications civiles et, contrairement à ce que tu parais penser, nous réussissons plutôt bien cette mobilisation.
In fine il est vrai, les assemblées de l’Union Occidentale acceptent l’installation des Patton en partie du fait de la ferme intervention des français dont le Président proclame : « les pacifistes sont à l’Ouest mais les fusées sont à l’Est » !
C’est un revers, c’est vrai, mais un revers temporaire car nous avons réussi à mettre le ver dans le fruit et les germains, en particulier, ont contracté une allergie au nucléaire sous toutes ses formes dont nous allons bientôt recueillir les fruits.
Il suffit de bien enfoncer cette graine et c’est ce que je fait. Telle a été ma tâche de 85 à 90.
Et le grain, sais-tu, ne meurt pas sans produire.
Petit frère, ou tu t’endors ou tu es devenu un parfait dourak, car je ne vois aucune lueur d’intelligence dans tes gros yeux.

       - De fait, Vlado,je suis un peu perdu. Je ne vois pas pourquoi nous profiterions d’une désaffection des germains à l’égard du nucléaire. Ils ne possèdent pas l’arme et ils n’en veulent pas. De plus, la production d’électricité par le nucléaire civil n’est pas énorme. Alors ?

       - Pas énorme, c’est vrai, mais ceci ne veut pas dire négligeable et imagine que contre toute raison, ils décident de l’abandonner. Que mettre à la place ? Ni leur bien-aimé charbon, trop sale, ni le pétrole, trop aléatoire, ni les énergies renouvelables, trop chères. Reste donc le gaz dont le grand producteur, ami et voisin, s’appelle la Sainte Russie.
J’ai lu quelque part que, vrai ou faux, LENINE disait « Les capitalistes sont si bêtes qu’ils nous vendront bon marché la corde pour les pendre » Nous pouvons faire mieux en leur vendant cher les tuyaux pour les étrangler.
Nous aurons bientôt des liaisons directes avec les germains en évitant ces gredins de tchèques et de polonais où la tradition d’attaque des diligences a la vie dure.
Un bon gazoduc maritime Leningrad (oh pardon Saint-Petersbourg) – Rostock sera une superbe réalisation de commerce bilatéral et il n’est pas maladroit d’avoir confié la présidence de la Société qui réalise l’ouvrage à un ancien chancelier germain. Qu’en penses-tu, petit frère ?
Je vais te dire. Il y a longtemps, un auteur teuton a écrit un livre intitulé : « Dieu est-il français ? ». Et bien, crois-moi, il se trompait et tout prouve que Dieu est des nôtres.
Réfléchis deux minutes : le tsunami en Asie va retarder surement et diminuer probablement le recours au nucléaire. Et vraiment, là, nous n’y sommes pour rien.
Mais, il y a mieux. Les Américains ont découvert depuis quelques années l’exploitation du gaz naturel de schiste. No problem, ils ne sont pas nos clients. Mais les Européens, Dieu les bénisse, refusent de l’exploiter et, mieux encore, de le rechercher. Et là, je te jure que nous n’y sommes pas pour grand-chose

       - Pas pour grand-chose, grand-frère, mais quand même pas pour rien … Il doit bien y avoir, veillant au grain, quelques mauvais Platov.

       -Tais-toi ! Triple idiot ! Platov n’existe pas. Platov n’a jamais existé. Et si la lecture de ton livre suggère le moins du monde le contraire, je foutrai le feu moi-même à une bonne pile de ces bouquins qu’on aura installés sous tes fesses …

 

-o0o-

 

PLATOV (Suite)

 

Ayant reçu d’excellentes nouvelles de l’Ambassade de Russie à Paris, l’ex-colonel PLATOV était (fait plutôt rare) de très bonne humeur en accueillant un vieil ami bon connaisseur de la politique française qu’il suivait pour l’Organisation depuis plus de trente ans.

- Mon cher Ivan Ivanovitch, explique-moi pourquoi les fiers gaulois viennent de se tirer une balle dans chaque pied d’une part en semant le doute sur la qualité de leur nucléaire qui est le meilleur du monde et, d’autre part, en s’’interdisant les études sur le gaz de schiste qui représente la véritable révolution énergétique actuelle ?

- La réponse, ami, est purement politique. Le gouvernement français a un texte européen de nature financière très difficile à faire voter par les Assemblées et il a besoin d’une adhésion des groupes écologistes que le parti socialiste y a implantés.

- Mais l’adoption est certaine et pourquoi courir après une douzaine de voix ?

- L’adoption du texte en question ne fait, c’est vrai, pas problème car la Droite y est favorable mais un vote positif qui ne serait obtenu que grâce aux trois-quarts des élus socialistes plus la Droite en laissant de coté à la fois les communistes et les écolos serait une faillite politique.

- Logique, très logique. Mais une dernière question pourtant. L’orientation énergétique consentie aux khmers verts est tellement favorable aux intérêts de Gazprom, c’est-à-dire aux nôtres, que l’Organisation a du pousser à la roue comme nous l’avons fait, tu t’en souviens sûrement très bien, en R.F.A. au début des années 80. Or personne ne m’en a parlé et si j’approuve le sens du secret dans une affaire aussi délicate, je trouve qu’on est allé très loin.

- Il est évident que si nous avions agi, tu aurais été le premier informé mais le plus fort, au contraire de l’affaire SS 20 vs Pershing, est que nous n’avons pas eu à intervenir du tout et que le gouvernement français nous a fait un gigantesque cadeau gratuit.
Souviens-toi : « Jupiter rend fou ceux qu’il vaut perdre » et Friedrich SIEBURG n’a plus raison : Dieu n’est plus français, il est russe. 

 

-o0o-

Dans cette petite historiette figurent trois personnages illustres sinon historiques

       Un premier ministre

       Un président

       Un chancelier

Les dix premiers lecteurs qui les identifieront avec exactitude recevront grâce à l’obligeance de la Société Gazprom un mètre cube de méthane sibérien.

Votre dévoué conteur à gaz
G.P
.
(GP ne signifie ni Gazprom ni Greenpeace mais Grand Patron.
Mais si, mais si, vous le connaissez...)

 

Informations supplémentaires